Poème à lire et à ouïr ­– LE TEMPS CONFINÉ (3)

temps-confiné-covid19-coronavirus-poésie

©Image-news.bitcoin

Après une crise d’une telle ampleur, le monde sortira de Covid19 meilleur ou pire. Meilleur si l’humanité fait le choix, librement consenti, d’une économie respectueuse de la nature et donc des êtres qui la composent. Pire si, par peur de la liberté, elle prend la voie de l’autocratie et du contrôle total de l’autorité sur ses sujets. Les moyens technologiques pour libérer ou asservir abondent.

A LIRE

On m’avait dit…

On m’avait dit, lorsqu’il faisait beau :
« Achète le nouveau bidule
Tu profiteras mieux du soleil »

Alors, j’ai acheté le nouveau bidule
Petit écran au fond de ma poche
Petit écrin pour y nicher ma vie

Le soleil brillait-il plus fort ?
Je l’ignore… Pourquoi lever la tête ?
Je l’avais au creux de ma main
Docile à tous mes souhaits
Patient à tous mes caprices
Et même inventant mes désirs
Lorsqu’ils devaient se recharger

Le soleil réchauffait-il mieux ?
Je l’ignore… Pourquoi prendre l’air ?
J’avais le monde dans un étui
Attentif à mes déplacements
Attaché à mes faits et gestes
Afin de toujours mieux me servir
Esclave affectueux et vigilant

Puis le soleil a disparu
Caché par d’épaisses nuées
Les terroristes sont passés par là
Les virus sont passés par ici
Confusion
Contamination
Confinement

Le nouveau bidule planche de salut ?
Il vibre toujours dans ma veste
Mais il a soudain changé de tête
Attentif à mes déplacements
Mais pour mieux me surveiller
Attaché à mes faits et gestes
Mais pour mieux me dénoncer
Docile à tous ses souhaits
Patient à tous ses caprices
Tel je suis devenu

On m’avait dit, lorsqu’il faisait beau
On m’avait dit, mais l’orage est venu.
Jean-Noël Cuénod

A OUÏR

2 réflexions sur « Poème à lire et à ouïr ­– LE TEMPS CONFINÉ (3) »

  1. C’était pure fiction il y a une quarantaine d’années. Aujourd’hui, une dure réalité ! A nous d’utiliser judicieusement notre libre arbitre. J’aime beaucoup ouïr ton poème après l’avoir lu. Merci cher Jean-Noël.

  2. Purement et simplement magnifique,

    si terrifiant de réalisme,

    merci pour ce si beau poème et en effet quel délice d’écouter après l’avoir lu…

    Merci Jean-Noël !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *