NOËL DES CHATS DÉFUNTS-Poème à lire et à ouïr

A tous nos chats disparus et réapparus juste pour Noël, ce poème de forme tanka, ancêtre du haïku. Il se décline sous cette forme : trois strophes de, respectivement, 5-7-5 pieds chacune, suivies de deux strophes de 7 pieds chacune. C’est une forme classique au Japon où le 5 et le 7 sont des nombres symboliquement essentiels dans la tradition shintoïste. Dans le cas présent, il s’agit de tankas à la queue-leu-leu, guère orthodoxe mais conforme au sujet!

 En Occident, le 5 symbolise soit l’homme, soit la division (5 divise en deux le nombre de la puissance divine 10), soit… les deux en même temps. Le 7 est le nombre de la création parfaite alliant l’Esprit et la Matière. En poésie, les mots sont la peau et les nombres, les os.. Jouez avec les uns et les autres, vous trouverez ce quelque chose qui vous manque.

A LIRE

Tous mes chats défunts
Tambourinent à Noël
Sur le seuil givré

A la porte de mon cœur
A la fenêtre de mon âme

S’installent près du feu
Comme avant comme toujours
Rêvent les yeux ouverts

Ils ronronnent dans mon cœur
Ils se frottent à mon âme

Parfum des fourrures
Leur ombre toujours présente
Prend forme à Noël

Passent et repassent sur mon cœur
Langues rêches sur mon âme

Sous le sapin sec
Un seul miracle miaule
Transperçant la mort

Rudes ondes vers mon cœur
Cri de réveil vers mon âme

Tendre amère présence
Larmes au goût de miel
Au fond de ma gorge

Jeux de chatons sur mon cœur
Bonds et rebonds dans mon âme

Bientôt Noël
Derrière le Jura
S’escamotera

Lent naufrage de mon cœur
Affaissement de mon âme

Dans la morne paix
Je ne caresse plus
Que la vacuité

Longue nuit sur mon cœur
Vieux sommeil de mon âme

Jean-Noël Cuénod

A OUÏR

4 réflexions sur « NOËL DES CHATS DÉFUNTS-Poème à lire et à ouïr »

  1. Ces gentils défunts apaisent
    Ils illuminent le passé
    Ils ravivent de doux rêves
    Ils siègent en mon souvenir
    Ils préservent une paix secrète

    Je n’oublie pas vos lignes
    Poétiques et fraternelles

  2. Cher Jean-Noël,
    Je rebondis, inspirée par ton merveilleux poème et celui de Christian Stalder

    Mes amours de l’au-delà
    Je vous pressens et perçois
    Bondir à l’affût des âmes
    Egarées et affligées
    Les protéger ardemment
    Des prédateurs funestes
    Errant sans fin dans les limbes

    Vous, sereines émanations
    Je vous pressens et perçois
    Sur mes genoux, sous mes mains
    Ronronner votre enthousiasme
    A la gloire de la vie Une
    Transmission irrationnelle
    Des âmes joyeuses retrouvées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *