Gilets Jaunes, les trois premières leçons

gilets jaunes-bilan-FranceLe mouvement des Gilets Jaunes amorce actuellement son reflux, phénomène inhérent à toute marée, sociale ou non. Sous une forme ou une autre, un retour de son flux reste probable car les problèmes majeurs qu’il a soulevés se trouvent à des encablures de leur résolution. Comme dans toute opération d’envergure qui remue la société et en racle le fond, le pire et le meilleur surgit entremêlés à la surface.

Cela dit, malgré les violences, malgré la présence toxique des extrémistes, malgré les délires complotistes de la fachosphère qui ont tenté de le polluer, le premier bilan de l’opération « Gilets Jaunes » semble globalement positif. On peut en tirer trois leçons majeures :

Remise en cause du poids de la transition écologique supporté par les classes moyennes. Crise aiguë de la représentation démocratique. Retour du débat politique au sein du peuple.

1– La transition écologique

La France vivait une situation anormale depuis des décennies, avec un diesel moins coûteux que l’essence sans plomb. Le président Macron a voulu inverser cette tendance en taxant davantage le fioul qui rend les voitures particulièrement polluantes. Le principe était défendable mais sa réalisation s’est révélée absurde. Il faut tout de même être dépourvu du moindre grain de bon sens pour augmenter une taxe sur les carburants en pleine flambée à la hausse des prix pétroliers! Désormais, les Bobos les plus douillettement claquemurés dans leur cocon parisien savent qu’une grande partie de leurs compatriotes doivent avaler chaque jour des kilomètres au volant de leur guimbarde au diesel pour tenter de gagner chichement leur pain. Enfin façon de parler, puisque la boulangerie du village vient de fermer…

Cette hausse de taxe fut le symbole exécré d’une flagrante injustice sociale développée par la présidence Macron : faire peser sur les couches les moins nanties le poids principal de la transition écologique. Même si dans leur majorité les Français n’ont pas la fibre écologique aussi développée que les citoyens des pays de culture protestante, le principe de cette transition vers une économie plus responsable semblait de plus en plus accepté par la population de l’Hexagone. Mais à la condition que les petits salaires ne perdent pas l’essentiel de leurs plumes dans cette aventure.

Signe de cette injustice maintes fois évoquée par les Gilets Jaunes, l’absence de taxation sur le kérosène, ce carburant qui fait voler les avions et grimper les taux de pollution. Certes, la Convention de Chicago interdit de le taxer. Mais une Convention, ça se renégocie. Et surtout, cette interdiction ne concerne que les vols internationaux et non pas les vols domestiques. Or, la France, non seulement n’instaure pas de taxe sur le kérosène sur ses liaisons aériennes intérieures, mais elle fait pire en les exonérant de TVA. Le RAC (Réseau Action Climat) évalue ce manque à gagner pour les caisses de l’Etat français à 3 milliards d’euros pour la seule années 2017. Pourtant, la Suisse, les Etats-Unis, le Brésil, le Japon, la Norvège, les Pays-Bas pratiquent cette fiscalité sur le kérosène pour leurs vols domestiques.

L’impôt sur la fortune (ISF) étant supprimé, l’optimisation fiscale étant pratiquée à grande échelle par tous les grands groupes financiers et industriels, les hyper-riches se refusant à contribuer au financement des infrastructures qu’ils n’hésitent pas à mettre à contribution, la révolte des classes sociales qui ne peuvent pas échapper aux diverses corvées fiscales était dès lors inévitable. Les Gilets Jaunes l’ont incarnée ; finalement, le président Macron a été contraint de renoncer aux taxes sur les carburants.

Toutefois, sur qui pèsera le poids de la transition écologique ? Cette question n’est toujours pas abordée sérieusement. D’où risque de marée nouvelle.

2– Crise aiguë de la représentation démocratique.

Les revendications sociales des Gilets Jaunes se sont rapidement transformées en révolte politique. Une révolte d’un type nouveau car elle emportait dans son flot tous les acteurs électoraux, Marine Le Pen semblant être la seule, dans une certaine mesure, à tirer les marrons de ce feu de castagnes.

C’est le principe même de la représentation politique qui est rejeté par les Gilets Jaunes puisqu’ils dénient à quiconque le droit de parler à leur place, même à ceux qui, en leur sein,  se proposent de les représenter auprès des autorités. Quitte à les menacer de mort, ce qui est la marque d’un inquiétant esprit autoritaire. Mais ils démontrent aussi la plus vive des appétences pour la démocratie directe, comme le démontre le slogan principal de l’acte V de leurs manifs (samedi dernier) en faveur du RIC, Référendum d’initiative citoyenne, un peu à la mode des votations sur initiatives populaires en Suisse.

Cependant, si cette organisation horizontale alimentée par les réseaux sociaux s’est révélée efficace, elle n’est pas viable telle quelle à long terme. Il est tout de même malaisé de transformer les milliers de ronds-points de l’Hexagone en vaste landsgemeinde[1] !

Comme Le Plouc l’a déjà signalé, Emmanuel Macron n’a dit que peu de choses sur cet aspect pourtant essentiel du mouvement dans sa dernière intervention télévisée. Si l’on ne changera pas du jour au lendemain les électeurs français en citoyens suisses – habitués à la démocratie semi-directe depuis des siècles et organisés de façon fédérale – il est néanmoins essentiel de réformer de fond en comble les institutions françaises, devenues obsolètes et de plus en plus insupportables comme le démontre l’impopularité chronique des présidents de la République. Une forme de votation sur initiative populaire peut fort bien trouver sa place en France. D’ailleurs, le premier ministre Edouard Philippe s’y est déclaré favorable. Et pourquoi ne pas recourir au tirage au sort pour certains organismes de décision, comme cela se pratique depuis de belles lurettes avec les jurés de Cour d’assises ?

3– Retour du débat politique au sein du peuple

C’est l’aspect le plus encourageant du mouvement. Les ouvriers, les employés, les artisans, les chômeurs, bref tout ceux qui ne sont plus représentés, ni au parlement ni au gouvernement, se sont intéressés de nouveau à la politique et découvrent le goût du débat public. Autour des braseros et des barbecues sur les ronds-points, au cours des manifs en tentant d’échapper au gaz lacrymo, des nouvelles formes de convivialité, de solidarité, d’échanges se sont tissées. Il en restera forcément quelque chose.

La société médiamercantile a voulu rendre ses sujets dociles en les coinçant dans leur petite bulle personnelle, en les vissant à leurs écrans, en les murant dans leur individualisme, afin qu’ils soient suffisamment aliénés pour accepter ce crédo trinitaire : « bosse, consomme et tais-toi ». Ces Gilets Jaunes font exactement le contraire, parfois pour le pire mais souvent pour le meilleur. Ils apprennent la politique. Ou plutôt ils la refont à leur manière. Puissent-ils garder ce feu en eux.

Jean-Noël Cuénod

[1]Assemblée des citoyens sur la place publique qui votent à main levée. Elle n’existe plus que dans deux cantons alémaniques, Glaris et Appenzell Rhodes-Intérieures, pour le plus grand bonheur des télévisions étrangères. Dans les autres cantons suisses, c’est le vote par bulletin de papier ou électronique qui prévaut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *