Poésie à lire et à ouïr DERNIER SOLEIL

poesie-soleil-mort-vie

©JNC-Beaurecueil-Forge de la Poésie

Un jour, ce sera notre dernier soleil. Et nous avons peur. Normal. Nous en passerons tous par là. Mais cette force de vie qui anime la moindre molécule, le plus insignifiant des moucherons pris dans son piège de glu, comme la plus gigantesque des galaxies qui dansent dans les télescopes, ne s’éteindra jamais. Tout comme l’amour. Poème inédit à lire et à ouïr.

A LIRE

Un jour ce sera mon dernier soleil
Quand il sera couché je serai ailleurs
A ses rayons mon corps se réchauffera
Mais seule ta main repoussera le froid
La grande roue va m’emporter sur sa route
J’ai pleine confiance en ses ornières
La Divinité Une les a tracées
Notre amour mon amour est si puissant
Qu’il traversera la mort comme une flèche
Pour atteindre le cœur même de la vie
Je serai la prairie que tu fouleras
L’air qui frissonne et le sel de tes larmes
Tes caresses ont le goût de l’Eternité
La saveur du soleil et les parfums de l’aube
Elles sont les mouettes à fleur de peau
Qui vont et viennent au rythme de tes lèvres

Un jour ce sera mon dernier soleil
Indifférent le monde me quittera
Mais toi seule tu resteras sur mon quai
Car notre cœur n’a jamais cessé de battre
Il était là avant sera là après
Vit au-delà des naissances et des morts
A ton visage se superposera
La face du Maître qui nous réunit
Nous sommes dans Son corps nous sommes Son corps
Insignifiants atomes souverains
Qui vibrent à l’unisson de l’univers
Mon souffle sur toi comme une brise d’été
Qui s’éteint dans l’effluve d’un chèvrefeuille
Au fur et à mesure que la vie me quitte
Elle traverse les pores de ta peau
Bientôt tu porteras cet enfant sans âge
Jean-Noël Cuénod
A OUÏR

4 réflexions sur « Poésie à lire et à ouïr DERNIER SOLEIL »

  1. Bouleversant poème.
    L’Ailleurs, l’Eternité, la Divinité, tant de mystère !
    Nous le connaîtrons tous mais avant, faisons honneur à la Vie.
    Se préparer à l’inéluctable c’est vivre joyeusement chaque instant.
    Quel programme !
    Merci cher Jean-Noël et gros bisous.

  2. Quand on parle enfin vrai, quand tout est consommé et avant de tirer sa révérence, heureux et serein d’avoir vécu une expérience d’apprentissage unique sur cette petite planète perdue dans l’Univers, alors et seulement on part en paix avec soi-même et les autres, un sourire sur le visage pour un dernier voyage dans les étoiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *