« Liberté chérie »? Pas tant que ça !

Mis en avant

liberte-pandemie-passe-vaccinal-covidEn ces temps de pandémie, le mot « liberté » se porte comme un charme. Il fleurit aux lèvres des manifestants contre les restrictions sanitaires. Sur l’autre rive du fleuve salivaire, il sautille pour célébrer ce vaccin qui nous libère du Covid. La liberté, c’est l’Arlésienne de nos consciences. Toujours présente à nos esprits et le plus souvent absente de nos vies. Continuer la lecture

Quand la République avait encore des Lettres…

Mis en avant

republique-lettres-litterature-politiqueSi vous n’habitez pas Nontron – sous-préfecture de la Dordogne qui a donné son nom à un groupe scolaire – vous ne connaissez sans doute pas Alcide Dusolier. Cette lacune peut désormais être comblée par la remarquable biographie que lui consacre l’historien Bernard Lachaise. Au-delà du personnage, le type qu’il représente intéresse : celui d’un lettré qui avait la République au cœur. Continuer la lecture

Livre pour conjurer le passé et chanter le futur

Mis en avant

livre-poésie-

Il n’est jamais trop tard pour offrir des présents pour conjurer le passé et chanter le futur. Voilà qui tombe à pic pour éclairer la Grande Nuit Covidienne, le livre de Rémi Mogenet, Chants et Conjurations qui vient de paraître aux Editions de L’œil du Sphinx. En voici la préface rédigée par votre serviteur. Continuer la lecture

L’Ephémère éternel de la poète Marie Vermunt

Mis en avant

poetePrécieux sans préciosité, ciselé sans fioriture, précis et libre à la fois, l’ouvrage de Marie Vermunt qui vient de paraître aux est un objet rare. Et ce tremblement léger que vous éprouverez en le faisant décanter dans votre esprit a pour cause cette part des anges qui transforme l’alcool en nectar (texte de la préface).

Son titre, EPHEMERIDE, évoque à la fois cet effeuillage quotidien du calendrier qui distille l’Inéluctable au compte-gouttes et le document qui inscrit la position des astres dans leur éternel retour. Il fait aussi allusion à son cousin, l’adjectif « éphémère » qualifiant ce qui ne dure que l’espace d’un instant.

Plus cet instant est réduit, plus il évoque l’éternité, comme ces structures élémentaires du microcosme qui illustrent la géométrie du macrocosme.

L’éternel présent est cet état d’être qui transcende l’espace et le temps pour faire entrevoir à nos consciences cet univers où la vie et la mort ne sont plus perçues comme des oppositions et constituent les deux aspect d’une même réalité supérieure.

A notre sens, cet « état d’être » n’est autre que cet « état de poésie » évoqué et invoqué par le grand poète genevois Georges Haldas.

L’éternel ne vit que par ce présent trop souvent insaisissable au regard humain, aveuglé qu’il est par les illusions d’un passé sans cesse refait comme le visage d’un vieux beau et d’un avenir repeint aux couleurs criardes des colifichets en verroterie.

En enchâssant ses poèmes d’illustrations inspirantes et d’œuvres musicales inspirées, Marie Vermunt crée une poésie en trois dimensions : largeur des images, hauteur des musiques et profondeur des poèmes.

Première feuille de l’éphéméride, « Notre Dame immolée », ce sinistre – le mot qui convient – dont les flammes n’ont pas ravagé que la forêt ancestrale des charpentes mais aussi les cœurs humains. Tous les cœurs, même ceux qui, à cette occasion, ont découvert leur part sacrée avec autant d’étonnement que de chagrin.

Autres feuilles, celles laissée par l’insurpassable cathédrale, celle que la nature ne cesse d’édifier contre vents, marées et destruction par main d’homme. A cette beauté suprême succèdent les vilenies humaines et les larmes enfantines. Mais l’amour va revivifier nos branches mortes et déjà Les fragrances généreuses / Esquissent sur les lèvres moroses/ Le paraphe de la grâce retrouvée.

Tout est dit et bien dit.

Jean-Noël Cuénod

Comment se procurer ce livre ?

poeteOutre les librairies, vous pouvez le commander (prix: 15 euros) chez l’auteur (photo) :

Marie Vermunt

Le Fein

05230 CHORGES

06 81 93 32 26

vermuntm8@gmail.com

Boris Vian, tu ne fais pas tes cent ans…

Mis en avant

boris-vian-cent-ansNon, tu ne le fais vraiment pas, ton siècle. Je n’en dirais pas autant de ma pomme. Ridée, ma pomme… Ainsi, mercredi 10 mars 1920, tu es né à Ville d’Avray en Seine-et-Oise qui s’appelle Hauts-de-Seine maintenant. Tu connais les bureaucrates, toujours à se désennuyer en créant des trucs vachement importants comme de changer le nom des Départements. T’en aurais fait une chanson, genre pataphysique. Continuer la lecture

Poésie : Deuil du singe, noce du signe

Mis en avant

poesie-livre-parc-delouzeL’été brûle. En Amazonie, ce n’est pas le feu qui ravage mais le calcul glacé des agroprédateurs. Attisez donc les braises du vrai feu avec la poésie pour tisonnier. En faire provision n’est pas un luxe en ces temps où la rentrée avance son mufle. Un hiver est si vite arrivé. Parmi les flammes ravivées surgira peut-être le superbe recueil Deuil du singe[1], composé par l’un des grands poètes vivants, Marc Delouze.
Continuer la lecture

La Franc-Maçonnerie attaquée?  Mieux la connaître !

Mis en avant

franc-maçonnerie-livres-complot

Photo JNC

Le clan des complotistes qui vaticinent dans les extrêmes écuries lance en France de nouvelles attaques contre la Franc-Maçonnerie. C’est l’occasion d’en savoir plus sur cette ancestrale fraternité : les deux tomes du Guide Suisse du Franc-Maçon sont disponibles. Ils constituent une approche rigoureuse et de lecture agréable dont l’intérêt déborde très largement les frontières helvétiques. Continuer la lecture

Art contemporain, une balise vers les gouffres

art contemporain-jeff-koons-vuitton-joconde-davinc

« La Joconde » et d’autres grandes oeuvres trivialisées par Koons-Vuitton-Arnault

«Ce qui n’a pas de prix». Tel est le titre d’un essentiel essai de la poète Annie Le Brun qui vient de paraître chez Stock. Un titre provocateur pour l’hypercapitalisme financier et le «réalisme globaliste» qu’il impose au monde pour le faire plier à son joug. Car tout doit avoir un prix, même l’acte gratuit. Dans cette guerre qui est menée pour asservir l’humain, l’art contemporain tient un rôle…capital. Continuer la lecture

Chroniques du purin-mémoire fertile 

2007_0427St-Malo-mai-07-20012_01

Au moment où le chemin s’incline vers la plaine, l’humain marche avec ses morts. Ils sont là qui lui parlent – les mots des morts traversent la membrane de nos multivers – au rythme de ses pas. Ils ont tellement hâte de parler, les morts, qu’ils se bousculent dans la tête du marcheur. Ils ont tant à dire sur ce XXe siècle dont le cadavre n’en finira donc jamais de puer.

Continuer la lecture