ZAD-nouvelle souveraineté libertaire-nomade?

zad-NDDL-Notre-Dame-des-Landes-France

L’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes est considéré comme une victoire des zadistes. Mais ce bocage de Loire-Atlantique n’est pas le seul à être occupé par une ZAD (Zone à défendre). Ce phénomène est en train de tricoter une nouvelle notion : la souveraineté libertaire et nomade.Le phénomène « ZAD » est tout sauf monolithique. Il est aussi divers que diffus et comprend des tendances idéologiques qui, souvent, ne partagent pas grand-chose entre elles. Les militants écologistes qui veulent sauver un biotope par la non-violence côtoient les « black block » dont l’idéologie se limite au cassage de flics ; entre les jeunes paysans qui expérimentent de nouvelles cultures « bio » et les squatters venus du milieu urbain qui ont de la campagne une idée aussi vague que les terrains de leurs quartiers, le dialogue a bien de la peine à embrayer. Dès lors, on ne saurait parler de « zadisme ». Et pourtant, à bien y réfléchir, ces « zadistes » politiquement et sociologiquement bigarrés reposent en des termes nouveaux cette notion qui est l’objet de toutes les attentions à l’heure de la globalisation : la souveraineté.

Un projet d’implantation d’un de ces monstrueux machins sortis des cartons à délires d’énarques et/ou de Louis XIV entrepreneuriaux menace-t-il un coin de France ? Il y a fort à parier que les diverses tribus zadistes vont aussitôt l’investir. Outre Notre-Dame-des-Landes, trois sites sont actuellement occupés par des zadistes de façon permanente :

  • Bois Lejuc dans la Meuse où une trentaine de militants s’opposent au projet de centre d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure, lieu considéré comme le plus brûlant par la maréchaussée ;
  • Roybon dans la Meuse, contre le projet de centre de vacances Center Parcs ;
  • Près de Strasbourg où la ZAD locale a installé des cabanes en bois depuis plusieurs mois pour protester contre un projet de contournement routier.

La Gendarmerie nationale a récemment communiqué aux médias que sa SDAO (Sous-direction de l’anticipation opérationnelle) a recensé une cinquantaine de lieux « zadables » dont douze sont considérés comme particulièrement sensibles (voir la carte du Dauphiné Libéré– Cliquez pour l’agrandir). C’est dire si le phénomène ne s’éteindra pas avec l’abandon du projet à Notre-Dame-des-Landes ; au contraire, le fait d’avoir coupé les ailes d’un aéroport risque plutôt d’en donner aux zadistes !zad-carte-prochains-sites

La ZAD, comme expérience de nouveaux rapports humains

Comme nous l’avons vu, les tribus zadistes poursuivent des buts différents en occupant un site. Certains ne veulent que s’opposer à un projet dévoreur de nature ; d’autres, parfois les mêmes d’ailleurs, veulent profiter de cet espace ainsi « libéré » pour tenter des expériences nouvelles, en agriculture mais aussi en projets de société pour vivre autrement, sans les pressions de l’hypercapitalisme financier, des hiérarchies familiales et sociales, pour promouvoir d’autres types de comportement humain que ceux dictés par la consommation et le salariat.

Bien sûr, cela ne va pas sans frottement avec le voisinage qui ne voit pas forcément d’un œil tendre « ces anarchistes qui vont faire baisser le prix des terrains avec leurs conneries ». Toutefois, il existe aussi des voisins qui sont tout contents de voir que quelqu’un enfin s’oppose efficacement à un projet qui va leur entraîner moult désagréments. Mais ces différents peuvent s’aplanir avec le dialogue, comme le démontrent les expériences du Larzac et de Notre-Dame-des-Landes. C’est avec l’Etat que les zadistes engageront le bras-de-fer avec la souveraineté comme principal sujet de discorde.

Dans l’optique du gouvernement, il s’agit de « défendre l’Etat de droit dont il est le garant, vis-à-vis du peuple. Les zadistes occupent illégalement des terres qui ne leur appartiennent pas. Force restera à la loi. Que la ZAD dégage. Il ne s’agit pas d’un acte dicté par une tyrannie mais l’exécution de règles approuvées directement ou indirectement par le peuple ».

Les zadistes répliqueront : « C’est qui le peuple ? Les groupes d’intérêts commerciaux qui veulent installer un projet dangereux pour l’environnement et qui sont protégés par l’Etat ? Laissez-nous plutôt tenter des expériences de vie à côté de votre système. »

Mais l’Etat, quel que soit sa couleur politique, doit obéir à sa logique qui est d’appliquer des lois afin que le développement des intérêts commerciaux soit assuré. Qui dit nouvelles activités, dit embauches. Cela produit des recettes fiscales en plus et des chômeurs en moins. C’est tout bénéfice, et pour le gouvernement et pour les dirigeants économiques. L’ennui, c’est que les zadistes savent mieux que les fonctionnaires utiliser les réseaux sociaux. Et ils disposent désormais de troupes, disparates certes, mais jeunes et inventives. Les tribus zadistes apprennent chaque jour sur le tas à bricoler de nouveaux rapports humains et ils sont en train d’engranger un savoir social de plus en plus perfectionné. De plus, ils suscitent une certaine sympathie au sein d’une partie de la population. Dès lors, leurs installations tendent à perdurer ; à preuve, les onze ans de ZAD à Notre-Dame-des-Landes.

Lorsque l’Etat décide de sévir en mobilisant ses forces de l’ordre pour évacuer une ZAD, hop, les zadistes en occupent une autre afin de continuer de façon nomade l’expérimentation de leur souveraineté libertaire ! De ZAD en ZAD, c’est peut-être un nouveau type de social-écologisme qui est en train d’être inventé. On peut l’espérer. Ou pour certains, le redouter.

Jean-Noël Cuénod

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *