Poésie à lire et à ouïr- DÉCONFINEMENT SONGES?

déconfinement-poésie-covid19-polichinelle

Polichinelle en phase de déconfinement.
©Burlingue (Xavier Bureau)

Nous allons donc déconfiner à plein tube. Enfin presque. Car plus rien ne sera sûr désormais. Déconfinement songes ? Mensonges déconfits ? On se relâche. Et voilà que le coronavirus s’invite dans un cimetière du Périgord. Entre ville et campagne, le cœur des humains balance. A lire et à ouïr la huitième série des TANKAS CONFINÉS.
A LIRE
Délivrance errance
Nous franchissons les confins
L’ivresse aux pieds
              En riant à chaudes larmes
En portant tous nos morts

Pour se réchauffer
Le vent et ses herbes dansent
Douce houle ondulante
              Cantique des Saints de glace
A la poitrine de verre

Saveur de l’air libre
La ville déploie ses souffles
Les trottoirs frissonnent
              Dans les rues les talons claquent
Sonates des jambes nues

Chante la forêt
Comme si j’étais enfant
Ma vie est en jeu
                Eternelle cathédrale
Aux arcs-boutants de fougères

La ville encor vide
S’emmitoufle de silence
Derniers instants
              Au loin le bruit s’avance
Et va reprendre ses droits

Rivière à truites
Coureuse de guilledou
Entre champs et bois
                Lascivité des couleuvres
Sous le soleil encor vert

L’horizon se lève
Sa chemise de brouillard
Toute déchirée
                Griffes solaires au travail
Poitrine de rochers rouges

Confits déconfits
A quel Saint vouer son ire
Dans la cité sourde
              Les hauts murs n’ont plus d’oreilles
Elles ont poussé ailleurs

Jean-Noël Cuénod
A OUÏR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *