Un Plouc chez les Macron

Macron-bras-en-croix

Passer une pleine journée et une grande partie de la nuit sur la planète Macron, ça vous marque un plouc. En voici, le récit, en commençant par la fin, bien sûr. En poursuivant par le début. En terminant par le milieu. La campagne présidentielle française étant sans queue ni tête, ce désordre est dans l’ordre des choses[1].« Macron, président ! » « Macron, président !». Les premières estimations viennent de s’afficher sur les écrans géants du quartier-général d’Emmanuel Macron, Porte de Versailles à Paris. Le candidat du mouvement En Marche figure en tête. Sa présence au second tour est assurée. Avec un joli score. Une vague de joie – un tsunami plutôt – déferle sur la Halle 5 du Palais des Expositions. Un homme bondit derrière moi en hurlant. Je me retourne, il me prend dans ses bras. C’est l’écrivain et académicien Eric Orsenna qui est au comble du bonheur : « C’est formidable, merveilleux. Quelle leçon ! »

Une forêt de drapeaux français et européens s’agite en tous sens. Français ET européens car chez Macron, pas question de séparer l’un de l’autre. On y est franchement, ouvertement, carrément europhiles, sans aucun complexe. Et « La Marseillaise » reprise par la foule semble avoir perdu ses accents guerriers.

La halle 5 du Palais des Expositions à la Porte de Versailles peut contenir 3000 personnes. Alors que les meetings d’Emmanuel Macron attirent des dizaines de milliers de participants, pourquoi avoir choisi une aire aussi restreinte ? « Nous avons très peu communiqué sur ce rendez-vous festif après l’attentat aux Champs-Elysées. Avec une jauge de 3000 personnes, la sécurité est mieux assurée », nous répond un responsable de la sécurité du mouvement En Marche. Le terrorisme reste en arrière-fond. Mais ne gâche pas la liesse macronienne.

Jean-Pierre Raffarin pour la droite, puis Benoît Hamon pour les socialistes annoncent leur soutien au patron d’En Marche lors du second tour. Les hurlements de joie reprennent chaque fois. … Raffarin et Hamon applaudis par une foule « ni gauche ni droite-et gauche et droite ». Tout un programme, celui de Macron ! Et voilà maintenant François Fillon qui, malgré sa vive réticence, en appelle à voter Macron dans quinze jours. Autour de moi, les regards se font élyséens.

Difficile de tirer le portrait-robot du macronien-type. Les jeunes à l’apparence sagement estudiantine se révèlent nombreux. Mais les retraités sont aussi présents, de même que les « entre-deux-âges ». A relever, un fort contingent féminin. Antoine, un magistrat de 64 ans, s’étonne lorsqu’on lui pose la question « pourquoi soutenez-vous En Marche ?» « Mais enfin, Monsieur, je ne suis pas maso ! Qui d’autres soutenir ? ». « Pff…Evidemment, un juge… Il ne va pas voter Fillon après tout le mal qu’il leur a balancé !» pouffe un jeune homme. Et cette avocate, est-elle macronienne par rejet de Fillon ? « Pas du tout. C’est un engagement qui est beaucoup plus profond que ces péripéties de campagne ». « Moi je suis un prolo, un vrai », s’exclame Jacky, 48 ans. « Il ne faut pas croire que tous les ouvriers votent Le Pen ! Je le soutiens parce qu’il semble enfin nous proposer autre chose que la bagarre droite-gauche. »

Rien ne peut doucher l’enthousiasme des militants d’En Marche, même pas la perspective des élections législatives les 11 et 18 juin prochains. Or, Emmanuel Macron est en quête d’une majorité parlementaire qui semble fort problématique. Victorien, 30 ans, n’est pas impressionné : « En Marche est en train de présenter des candidats partout en France. Et les Français sont cohérents. Ils ont toujours offert une confortable majorité aux présidents qu’ils ont élus. Je ne vois pas pourquoi il en irait autrement aujourd’hui. Vous savez, on avait dit que Macron, c’était une bulle qui allait exploser. Eh bien, elle est solide la bulle, non ? »

Dès qu’il apparaît, voilà Emmanuel Macron salué, non pas comme un leader politique charismatique, mais à l’image d’une rock-star stratosphérique. Il est le seul politicien français à susciter un tel engouement, une telle passion même, de l’ado à l’académicien. Attention, plus dure sera la chute ! En attendant, les macroniens dansent le rock.

« Les gens sont inquiets et impatients »

Macron-Véronique-Marché-1er tour

Véronique, pilier du marché de la rue Blanqui : « Certains se ruent sur les caisses à papier pour voir quels bulletins ont été jetés ! » (JNC)

De nombreux Parisiens se sont levés tôt dimanche 23 avril pour se rendre au bureau de vote de leur quartier. 45,68 millions d’électeurs sont invités à choisir, au premier tour, le président de la République dans 67 000 locaux. Les menaces d’attentats ont conduit au renforcement des mesures de sécurité. Dans les locaux que nous avons visités, elles sont présentes sans être étouffantes.

Juste avant 9 h., Nicolas Dupont-Aignan a été le premier des onze candidats à voter dans sa ville de Yerres dont il est le député-maire depuis vingt ans. Dans de nombreux bureaux du XIIIe arrondissement parisien, les électeurs se sont montrés encore plus matinaux. Ainsi, à l’école de la rue Vandrezanne, le vigile qui contrôle les sacs à l’entrée nous indique que dès l’ouverture du scrutin à 8 h., les citoyens ont commencé à affluer. Au bureau principal à la mairie du XIIIe, le président du local constate à 9 h. 20 : « Il y a vraiment du monde. J’étais à la même place, il y a cinq ans. A la même heure, il y a autant d’électeurs qu’à la précédente présidentielle. Au moins, si ce n’est plus. » Même impression, au bureau de la rue Wurtz.

Le temps frais mais ensoleillé a-t-il incité les Parisiens à voter tôt ? « C’est plutôt la présence du marché, à mon avis. Les gens s’y rendent avant de voter, c’est traditionnel », nous explique Véronique, pilier du marché de la rue Blanqui. Dans son quartier, dans le Xe arrondissement, en revanche, c’était plutôt désert.

Devant les étals de Blanqui, les discussions vont bon train témoigne Véronique : « Les gens sont inquiets. Et impatients de connaître le résultat. Tenez, rue Wurtz, j’ai vu des gens se ruer sur les caisses à papier près du local de vote, pour voir quels bulletins ont été jetés ! »

En effet, les électeurs français doivent prendre un bulletin pour chacun des onze candidats. Et dans l’isoloir, ils n’en gardent qu’un et jettent les autres.

Une voisine m’aborde. « Dis donc, je ne sais toujours pas pour qui je vais voter. Qui me conseilles-tu ? Vraiment, je suis perdue là… » Répondre qu’étant étranger, je me garderai bien de la guider dans son choix, cela ne la satisfait pas : « Ben dis donc, tu ne m’aides pas, j’en suis toujours au même point. Bon, allez, j’y vais. L’inspiration viendra dans l’isoloir. Enfin j’espère… »

Un autre voisin choisit ses fraises d’un regard soupçonneux. Son choix électoral, en revanche, est fait : « Je voterai Macron. Mais sans enthousiasme. J’ai procédé par élimination. Pas par adhésion. » Un autre client, lui, marmonne un « Fillon, ouais, même si… » tout en fourrageant dans son cabas. 

Le QG de Macron sous surveillance et attaque de Femen chez Le Pen

Macron-Femen-Marine-Le-Pen

Une Femen embarquée par la police lors de leur manif à Hénon-Beaumont contre Marine Le Pen

La couleur politique d’En Marche, le mouvement d’Emmanuel Macron, n’est pas très définie. En revanche, il faut montrer patte blanche pour atteindre son quartier-général parisien, au Palais des Exposition de la Porte de Versailles !

Avant de rejoindre la salle de presse, le journaliste doit passer par quatre points de contrôle, muni d’un bracelet et d’un badge, avec fouille des sacs et palpations à trois reprises. L’attentat aux Champs-Elysées, les tentatives à Marseille démontrent que la présidentielle française est devenue la cible privilégiée des terroristes.

Une centaine de jeunes bénévoles d’En Marche s’occupent de la festivité qui, ils en sont certains, marquera ce soir « l’excellent score » de leur champion. Un groupe de rock fait déjà rage en déchaînant des flots impétueux de décibels. En outre, des escouades de vigiles privés contrôlent les entrées et les sorties ainsi que l’intérieur du Palais. Les forces de police et d’armée gardent les abords.

Dimanche matin, la température est encore montée d’un cran près de la permanence de Marine Le Pen à Hénin-Beaumont dans le Nord de la France. Une douzaine de militantes du groupe Femen ont manifesté, comme à leur habitude, seins nus. Certaines d’entre elles portaient des masques de la candidate du Front national, d’autres de Vladimir Poutine, afin de rappeler les liens qui ont été tissés entre le président russe et Marine Le Pen. La police est intervenue rapidement pour plaquer au sol les Femen et les emmener manu militari au commissariat.

En début d’après-midi, une dépêche AFP a circulé dans la salle de presse du QG de Macron. L’un des photographes qui opérait au moment de l’arrestation des Femen à Hénin-Beaumont a été violemment interpellé par des policiers. Sur Facebook, ce photo-reporter, Jacob Khrist de l’agence Hans-Lucas, a dénoncé cette interpellation.

Etre « helpers » chez Macron

Macron-helper-1er-tour-Présidentielle-2017

Gabrielle, 24 ans, « helper » du Mouvement En Marche d’Emmanuel Macron (JNC)

« Helpers » c’est ainsi que l’on nomme les militants bénévoles chez Macron. « Militants », ça sent un peu la sueur. « Bénévoles », ça fait paroisse Sainte-Catherine. Pas le genre du mouvement En Marche. En revanche, « helpers » ça fait branché sur les réseaux sociaux. Et la branchitude technologisée, c’est nettement leur genre de beauté, aux « helpers ».

Ils sont 120 pour s’occuper de la Fête à la Porte de Versailles. Gabrielle, 24 ans est l’une d’entre de ces jeunes bien représentatives de la Macronsphère. Elle vient de décrocher un job dans les institutions internationales. Dans le mouvement En Marche, elle s’occupe de l’accueil des journalistes. 1100 sont accrédités au quartier-général d’Emmanuel Macron, dont 600 étrangers. A-t-elle milité avant d’adhérer à EM ? « Pas vraiment. J’avais pris la carte du Parti socialiste après les attentats du Bataclan le 13 novembre 2016 mais dès qu’Emmanuel Macron s’est porté candidat, j’ai aussitôt quitté le PS pour rejoindre En Marche ». Et pourquoi ? « Je partage sa vision d’un clivage gauche-droite complètement dépassé aujourd’hui mais qui continue à bloquer la politique. Pour moi, il incarne cette autre politique à laquelle les jeunes aspirent. Une politique à la fois plus concrète et enthousiasmante. Pour la première fois, la coalition des énergies positives peut naître en France. »

Bon, mais En Marche ­– qui porte les mêmes initiales qu’Emmanuel Macron – n’est créé que pour favoriser une personnalité qui se présente en homme providentiel. Cet aspect « gourou » ne gêne-t-il pas Gabrielle ?

« Il n’y a ni homme providentiel ni gourou à En Marche. Le programme a été établi sur la base des 3000 ateliers organisés par la base du mouvement dans les groupes locaux qui sont bien structurés et organisés démocratiquement. EM, ce n’est pas juste un homme, c’est 250 000 adhérents bien décidés à faire entendre leur voix. »

La voix de leur maître ? Persiffleront les méchantes langues.

Jean-Noël Cuénod

[1] Ces articles ont paru dimanche 23 et lundi 24 de façon éparse dans les éditions Ouèbe et papier de la Tribune de Genève, de 24 Heures et du Soir de Bruxelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *