Gilets_Jaunes et l’agonie de la Ve République

Gilets_Jaunes-paris-manifLe président Macron est victime aujourd’hui de ce qui fit son succès hier. Il avait fédéré les suffrages de gauche et de droite pour parvenir à se faire élire ; maintenant, il concentre sur lui les colères exprimées par les deux camps avec, en plus, celles éprouvées par tous ceux qui, nombreux, avaient choisi l’extrémisme, le vote blanc ou l’abstention. Tout le monde porte un gilet jaune!

Cela dit, la crise quasi insurrectionnelle qui secoue la France, dépasse la seule personne d’Emmanuel Macron. Il paie aussi les frustrations nées des quinquennats ratés de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Surtout, l’actuel président occupe l’Elysée au moment où les institutions de la Ve République commencent à donner les signes de l’agonie.

Elles furent taillées sur mesure par et pour un chef d’Etat exceptionnel – le Général de Gaulle – afin de répondre à une situation exceptionnelle – la décolonisation. A cette époque, la concentration des pouvoirs dans les mains du président de la République semblait indispensable pour assurer la stabilité du pouvoir et faire renaître par la politique industrielle de l’Etat, une économie française que les guerres coloniales – qui suivirent immédiatement l’occupation nazie – avaient saignée à blanc.

Soixante ans plus tard, cette omnipotence est devenue créatrice d’impotence. Disposant de tous les leviers de commande, le président français est devenu le centre de toutes les réclamations, le symbole de toutes les frustrations et l’objet unique de toutes les détestations. Les institutions de la Ve République sécrètent donc une certaine infantilisation des citoyens qui, ne pouvant s’exprimer que tous les cinq ans lors de l’élection présidentielle – la seule qui compte vraiment – en sont réduits au ressentiment chronique envers leur chef d’Etat.

La crise actuelle dépasse les seuls aspects fiscaux – qui ont leur importance – et pose cette question fondamentale: comment donner aux Français les canaux d’expression nécessaires pour les rendre acteurs de leur destin?

Jean-Noël Cuénod

Editorial paru lundi 3 décembre 2018 dans la Tribune de Genèveet 24 Heures.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *